Présentation de l’éditeur

La légende urbaine voudrait que Leonardo DiCaprio ait enchaîné trente-deux conquêtes – toutes de sublimes top models – mais sans tomber amoureux d’une seule. Faut-il en chercher les raisons dans les arcanes de la société de consommation et sa propension au narcissisme ? Dans les lois de la biologie ? Ou, tout bêtement, dans le fait que ce cher Leo ne soit pas encore tombé sur la bonne ? Et nous, dans tout ça, sommes-nous, comme lui, des complexés de l’engagement ? Liv Strömquist, que l’on ne présente plus, a choisi d’intituler sa nouvelle bande dessinée La rose la plus rouge s’épanouit, en référence et hommage à un vers de la poétesse américaine féministe Hilda Doolittle (H.D.) qui, dans sa vie comme dans ses écrits, prônait des amours libérées. Une nouvelle occasion pour elle de disséquer les comportements amoureux à l’ère du capitalisme tardif et de les interroger : comment maîtriser les élans du coeur ? Que faire en cas de chagrin d’amour ? Pourquoi les histoires d’amour finissent-elles mal, en général… ? Et pourquoi certaines personnes papillonnent-elles sans jamais se poser ?

Quelques mots du Passeur

Liv Strömquist avec impertinence et humour sonde les relations et comportements amoureux et nous invite à la réflexion dans une BD passionnante, et richement documentée !

La rose la plus rouge s’épanouit de Liv Strömquist
Paru le 4 octobre 2019 aux Éditions Rackham
22 €