« Vous serez emballés, touchés par cette dernière œuvre inachevée, émouvante. Vous y trouverez le style foisonnant, ensoleillé, la musicalité de l’écriture et son amour pour les personnages les plus importants de sa vie. Enfin, il s’agit d’un formidable hommage à sa grand-mère et sa mère, toutes les deux illettrées. »

Mireille,
Cercle des Passeurs du 24 janvier 2014

——————————————–

Le premier homme d’Albert Camus
Paru le 1er février 2000 en format de poche chez Folio
7,40 €

Présentation de l’éditeur

« En somme, je vais parler de ceux que j’aimais », écrit Albert Camus dans une note pour Le premier homme. Le projet de ce roman auquel il travaillait au moment de sa mort était ambitieux. Il avait dit un jour que les écrivains « gardent l’espoir de retrouver les secrets d’un art universel qui, à force d’humilité et de maîtrise, ressusciterait enfin les personnages dans leur chair et dans leur durée ». Il avait jeté les bases de ce qui serait le récit de l’enfance de son « premier homme ». Cette rédaction initiale a un caractère autobiographique qui aurait sûrement disparu dans la version définitive du roman. Mais c’est justement ce côté autobiographique qui est précieux aujourd’hui. Après avoir lu ces pages, on voit apparaître les racines de ce qui fera la personnalité de Camus, sa sensibilité, la genèse de sa pensée, les raisons de son engagement. Pourquoi, toute sa vie, il aura voulu parler au nom de ceux à qui la parole est refusée.