Sélection romans poche

Les âmes silencieuses

Mélanie Guyard (Points)

Loic Portevin sait peu de choses de sa grand-mère maternelle, une femme qu’il n’a vu qu’une fois. Alors qu’il vide la maison familiale, il met la main sur sa correspondance avec un certain J. Il enquête, avide d’en apprendre plus. Heloïse se dévoile. Toute jeune fille en 1942, elle ira loin pour protéger les siens des Allemands qui ont pris leur quartier au village. Elle saura décider, agir et faire face.

Moderne et humain, ce très bon roman se lit d’une traite et renouvèle le genre.

Deux soeurs

David Foenkinos – folio

Du jour au lendemain, Étienne décide de quitter Mathilde, et l’univers de la jeune femme s’effondre. Comment ne pas sombrer devant ce vide aussi soudain qu’inacceptable? Quel avenir composer avec le fantôme d’un amour disparu? D’habitude si douce, Mathilde se laisse envahir par la rancoeur, jusqu’à frapper un de ses élèves. Renvoyée de son poste d’enseignante, elle est recueillie par sa soeur Agathe dans le petit appartement qu’elle occupe avec son mari Frédéric et leur fille Lili. De nouveaux liens se tissent progressivement au sein de ce huis clos familial, où chacun peine de plus en plus à trouver un équilibre. Il suffira d’un rien pour que tout bascule.

Foenkinos, avec son style inimitable, excelle à dépeindre les blessures de la vie dans un roman haletant qui monte crescendo et que l’on a bien du mal à refermer !

De pierre et d’os

Bérangère Cournut (Le Tripode)

Dans ce monde des confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n’a d’autre solution pour survivre que d’avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d’une quête qui, au-delà des vastitudes de l’espace arctique, va lui révéler son monde intérieur.

Empreint de douceur, d’écologie et de spiritualité, “De pierre et d’os” nous plonge dans le destin solaire d’une jeune femme esquimau.

Mur Méditerranée

Louis-Philippe Dalembert (Points)

Chochana, Semhar, Dima. Trois femmes puissantes qui, mues par le même espoir d’une nouvelle vie en Europe, quittent leur pays natal – le Nigéria, l’Érythrée, la Syrie – pour se lancer sur l’éprouvant chemin de l’exil. Trois femmes aux trajectoires différentes, qui bravent les obstacles devant elles. Et embarquent, sur les côtes libyennes, à bord d’un chalutier en direction de Lampedusa. Courageuses, fières, solidaires, elles sauront affronter l’innommable.

Un récit déchirant et brillant, tout à la fois.

Tenir jusqu’à l’aube

Carole Fives (folio)

Une jeune mère célibataire s’occupe de son fils de deux ans. Du matin au soir, sans crèche, sans famille à proximité, sans budget pour une baby-sitter, elle vit avec lui une relation fusionnelle. En quête de soutien, la mère parcourt parfois des forums de discussions, mais ce qu’elle y lit – les injonctions sociales, les témoignages d’autres « mères solo », drôles ou désespérants – la renvoie à sa propre impuissance. Alors pour échapper à l’étouffement, elle s’absente et déambule dans la ville la nuit, à quelques mètres de l’appartement d’abord, puis un peu plus loin, chaque fois un peu plus longtemps. Un désir irrépressible de liberté où guettent la culpabilité et l’inquiétude. Comme la chèvre de Monsieur Seguin, elle tire sur la corde, mais pour combien de temps encore ?On retrouve ici l’écriture vive et le regard aiguisé de Carole Fives, fine portraitiste de la famille contemporaine.

Le portrait tout en justesse d’une mère célibataire à bout de force, rongée par la culpabilité et l’envie de liberté ! Un très beau roman !

Baïkonour

Odile d’ Oultremont (10-18)

Au coeur du golfe de Gascogne, dans une petite ville de Bretagne offerte aux rafales et à la houle, les destins d’Anka et de Marcus ne cessent de s’entrecroiser sans jamais se rencontrer, jusqu’au jour où un malheureux coup de vent en voudra autrement. Anka vit au bord du golfe de Gascogne, dans une petite ville de Bretagne offerte à la houle et aux rafales. Fascinée par l’océan, la jeune femme rêve depuis toujours de prendre le large. Jusqu’au jour où la mer lui ravit ce père qu’elle aimait tant : Vladimir, pêcheur aguerri et capitaine du Baïkonour. Sur la terre ferme, Marcus, grutier professionnel, passe ses journées à piloter son engin et à observer la vie qui se meut en contrebas. Chaque jour, il attend le passage d’une jolie et mélancolique inconnue dont il tombe peu à peu amoureux. Un matin, distrait par la contemplation de cette jeune femme, il chute depuis la flèche de sa grue et bascule dans le coma. Quelque part entre terre et mer, les destins de ces deux êtres que tout oppose se croiseront-ils enfin ?

Un roman délicat entre ciel et mer ! Une histoire tendre où la vie amène son lot de drames et de belles surprises !

Les frères Lehman

Stefano Massini (10-18)

Traduit de l’italien par Nathalie Bauer 

11 septembre 1844, apparition. Heyum Lehmann arrive de Rimpar, Bavière, à New York. Il a perdu 8 kilos en 45 jours de traversée. Il fait venir ses deux frères pour travailler avec lui. 15 septembre 2008, disparition. La banque Lehman Brothers fait faillite. Elle a vendu au monde coton, charbon, café, acier, pétrole, armes, tabac, télévisions, ordinateurs et illusions, pendant plus de 150 ans. Comment passe-t-on du sens du commerce à l’insensé de la finance ? Comment des pères inventent-ils un métier qu’aucun enfant ne peut comprendre ni rêver d’exercer ? Cette épopée familiale, économique et biblique, qui a reçu le prix Médicis – essai et le prix du Meilleur livre étranger – fiction, nous entraîne au coeur de l’histoire du capitalisme en nous contant une certaine histoire de l’Amérique.

Une “success story” familiale richement documentée et captivante autour des Lehman Brothers ! Une réussite pour ce roman très original !

Désorientale

Négar Djavadi (Liana Levi)

Si nous étions en Iran, cette salle d’attente d’hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s’enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade. Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a toujours essayé de tenir à distance son pays, sa culture, sa famille. Mais les djinns échappés du passé la rattrapent pour faire défiler l’étourdissant diaporama de l’histoire des Sadr sur trois générations: les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l’adolescence, l’ivresse du rock, le sourire voyou d’une bassiste blonde… Une fresque flamboyante sur la mémoire et l’identité; un grand roman sur l’Iran d’hier et la France d’aujourd’hui.

Une sage familiale passionnante sur fond de révolution iranienne et de rock’n’roll. L’intimité de l’exil dans toute sa superbe !

A crier dans les ruines

Alexandra Koszelyk – éditions points

Tchernobyl, 1986. Lena et Ivan sont deux adolescents qui s’aiment. C’est alors que l’incendie de la centrale nucléaire vient bouleverser leur destin. Lena part avec sa famille en France, convaincue qu’Ivan est mort. Ivan, lui, ne peut s’éloigner de la zone, de sa terre qui, même sacrifiée, reste le pays de ses ancêtres. Il attend le retour de sa bien-aimée. Lena grandit loin de son pays et s’efforce d’oublier. Un jour pourtant elle part retrouver ce qu’elle a quitté vingt ans plus tôt.

A. Koszelyk nous emporte sur les terres maudites de Pripiat dans cette tendre histoire d’amour ! Un texte déchirant qui fait renaître la catastrophe de Tchernobyl et met en lumière la question de l’identité et du déracinement !

Les mafieuses

Pascale Dietrich – J’ai lu

Dina et Alessia Acampora sont les filles d’un parrain de la mafia grenobloise. Si Dina a choisi de s’investir dans l’humanitaire par esprit de contradiction, Alessia, elle, n’a guère d’états d’âme : dans la pharmacie qu’elle dirige,  » homéopathie  » est le nom de code pour  » cocaïne  » et  » Carte vitale  » signifie  » tu es en danger de mort « . Ainsi va la vie chez les femmes Acampora, entre coups de fusil à pompe et séances de yoga. Jusqu’à ce que le vieux Léon tombe dans le coma. Car, avant de mourir, il a voulu régler tous ses comptes et a collé un contrat sur la tête de son épouse… Pour sauver leur mère, Dina et Alessia entament alors une course contre la montre avec un tueur à gages inconnu et espèrent la fin d’une époque où les hommes dictaient leur loi. 

Qui a dit que la mafia n’était qu’une histoire d’hommes ? Les mafieuses font exploser tous les préjugés !