Présentation de l’éditeur

Princesse Bari conte l’histoire d’une jeune fille, frêle et courageuse, qui fuit la Corée du Nord à la fin des années 1990, se réfugie un moment en Chine avant de traverser l’océan à fond de cale d’un cargo et de débarquer dans un Londres clandestin où se côtoient toutes les langues et religions. A Londres, Bari gagne sa vie comme masseuse, mais elle ne soigne pas seulement les corps, elle console aussi les âmes. Car Bari a hérité de sa grand-mère des dons de voyance qui lui permettent de voyager dans les rêves et de lire les cauchemars dont souffrent les autres. Ce roman habité par l’âme d’une jeune fille affrontant seule, avec confiance et obstination, de terribles épreuves, puise aux sources anciennes du chamanisme coréen : il transfigure une très ancienne légende où une princesse abandonnée va chercher à l’autre bout du monde l’eau de la vie qui permettra aux âmes des morts de connaître enfin l’apaisement.

Quelques mots du Passeur

A travers les yeux de son héroïne, l’auteur évoque avec pudeur et subtilité cette période particulièrement douloureuse de l’histoire de la Corée du Nord où tant de réfugiés tentèrent de fuir le régime communiste. Plus généralement, il nous parle de tous ceux qui, aujourd’hui encore, partout dans le monde, meurent parce qu’ils ont tenté de passer une frontières en quête d’une vie meilleure.

 

Princesse Bari de Hwang Sok-Yong
Paru le 22 août 2013 chez Picquier
19 €