Lakhdar est un Tangérois de dix-sept ans, amateur de polars et de jolies filles, musulman à ses heures et irrémédiablement épris de liberté.

« Je suis un jeune marocain de Tanger, je recherche votre amitié pour partager ma passion : les livres. » Ainsi se présente-t-il lorsqu’il envoie sur Facebook des messages à des françaises originaires de villes inconnues qui ne lui répondent jamais. Accompagné par son ami Bassam, il arpente les rues de Tanger et contemple tour à tour la côte espagnole et les filles de passages.

Chassé hors de chez lui par ses parents après avoir été découvert nu dans les bras de sa cousine, Lakhdar, humilié et terrorisé,  se retrouve à la rue et commence ainsi, bien malgré lui, son grand voyage…

Conteur hors pair, Mathias Enard séduit d’emblée par sa verve et sa maitrise de la langue. De Tanger à Barcelone, en passant par Tunis et Algésiras, il nous offre un road movie contemporain et profondément humain, sur fond de printemps arabe et de crise économique européenne. Un voyage dans ce champ de bataille qu’est notre univers comme il l’écrit dans sa note d’intention. A travers les pérégrinations de son personnage, il évoque avec justesse et sensibilité le destin de ces jeunes arabes plein d’espoir qui se retrouvent confrontés à une certaine désillusion lorsqu’ils foulent cette terre tant rêvée. Fantasmée. Mais si Lakhdar a le sentiment d’être enfermé dans un roman noir, il trouvera dans la lecture la force d’attendre patiemment que sa vie commence et saura aller de l’avant dans ce voyage initiatique, formidable hommage à la littérature.

Rue des voleurs de Mathias Enard
Paru le 22 août 2012 chez Actes Sud
21.50€