GAZOLINE TANGO de Franck Balandier

Benjamin Granger n’est pas ce que l’on peut appeler un « chanceux ». Depuis sa naissance, il souffre d’un mal étrange : il ne supporte aucun bruit. Ni surtout aucune musique. Sauf celle de Jean-Sébastien Bach que le père Germain lui joue à l’harmonium, pour l’apaiser, dans son église désertée. Et, à force de répéter 33 à des médecins qui ne savent pas réellement mettre un nom sur sa maladie, il se persuade que, comme le Christ, il mourra le jour de ses 33 ans, le 11 juillet 2016, à 13 heures 15 précises, au plus tard. En attendant cette issue tragique, réduit à vivre avec un casque anti-bruit sur les oreilles, il s’invente des stratagèmes pour supporter le monde qui l’entoure, aidé en cela par quelques habitants bienveillants de la cité des peintres où il réside avec sa mère, batteuse dans un groupe de rock. Mais c’est au bord d’un grand fleuve africain, après un long voyage, à l’heure exacte annoncée de sa mort, que son destin va s’accomplir dans un ultime pied de nez fait au malheur.

Benjamin, fils d’une batteuse dans un groupe de punk, est intolérant au moindre son ! Le ton est donné pour ce roman surprenant, pleins de rebondissements et dont chaque personnage est aussi déjanté qu’il n’est attachant !

 

Gazoline Tango de Franck Balandier
Paru le 17 août 2017 aux éditions Castor Astral
19,00 €