Présentation de l’éditeur

Veronika Zarnik est de ces femmes troublantes, insaisissables, de celles que l’on n’oublie pas. Sensuelle, excentrique, éprise de liberté, impudente et imprudente, elle forme avec Leo, son mari, un couple bourgeois peu conventionnel aux heures sombres de la Seconde Guerre mondiale, tant leur indépendance d’esprit, leur refus des contraintes imposées par l’Histoire et leur douce folie contrastent avec le tragique de l’époque.
Une nuit de janvier 1944, le couple disparaît dans de mystérieuses circonstances, laissant leur entourage en proie aux doutes. Qui était vraiment Veronika ? Quelle fut vraiment sa vie ? Que cachait-elle ?

Quelques mots du Passeur

Merveilleux portrait de femme, subtil et poignant, dont les contours se dessinent à travers les voix de cinq proches, et évocation sans concession de l’Histoire des Slaves pendant la seconde guerre mondiale.
Drago Jancar, voix majeure de la littérature slovène, signe un roman polyphonique absolument magistral.

Cette nuit, je l’ai vue de Drago Jancar
Paru le 8 janvier 2014 chez Phebus
20 €