L’exposition « Regards croisés, destins bordelais » offre un parcours photographique réalisé à Bordeaux au mois de janvier 2013 autour du thème de la diversité culturelle. A l’initiative de la mairie de Bordeaux et sous le commissariat de Florent Mazzoleni, sept photographes bordelais ont travaillé autour de ce thème durant trois semaines en janvier dernier. De portraits posés en instants saisis et d’images numériques en clichés argentiques, un véritable tour du monde autour de la ville a été effectué. Ces images illustrent la manière dont la diversité culturelle peut se manifester à Bordeaux en ce début d’année 2013

7 expositions

Les cinq espaces d’exposition ont pour dénominateur commun d’être situés non loin de lignes de tram. Il s’agit des Coiffeurs de la Victoire,17, cours de l’Argonne, de l’escalier d’honneur de la Faculté de Bordeaux II, place de la Victoire, du Marché des Capucins qui accueille deux expositions, du restaurant L’Artigiano Mangiatutto au 6, rue des Ayres et de la librairie le Passeur, 9 avenue Thiers.

Pleines de vie ou mélancoliques, que ce soit des portraits, des clichés en noir et blanc, des peintures photographiques ou des compositions abstraites, ces images expriment le brassage culturel de Bordeaux. Elles traduisent avant tout le melting-pot d’une ville en mouvement et ouverte sur le monde tout en reflétant une poésie du quotidien. Ces photographies restent fidèles à la devise fondatrice de Jean Renoir, « plus c’est local, plus c’est universel », à Bordeaux comme partout ailleurs dans le monde.

7 photographes

Rodolphe Martinez : Homme de radio, Rodolphe Martinez imagine en parallèle de sa profession, un univers photographique très intimiste, où les images s’imposent parfois comme de véritables peintures. Evoluant entre peinture et photographie, il participe ainsi à une réécriture du réel sous forme de palimpseste.
Mathias G’Bamy : Educateur spécialisé à Bordeaux, Mathias G’Bamy a été saxophoniste De son expérience musicale, il garde un sens de l’improvisation qu’il met en pratique dans ses photographies. Ses images illustrent des portraits de Bordelais, qui mettent en avant un élément d’appartenance à leurs cultures d’origine.
Eric Chabrely : Graphiste, grand voyageur, Eric Chabrely photographie l’indicible auquel il insuffle une sensibilité très personnelle. Il imagine la basilique Saint Michel comme épicentre de la diversité ethnique.
Ono Ah-Siong : Photographe et vidéaste, Ono Ah-Siong originaire de l’île Maurice ayant grandi à Bordeaux, il est confronté à une multitude d’influences culturelles, qu’elles viennent de l’Océan indien ou de l’espace atlantique.
Hakim Kebaili  : s’adonne à la photographie depuis plus d’une vingtaine d’années. Dans ses photos, la sobriété et le sens du détail s’imposent avec une évidence rare. Ses photos évoquent les contrastes inhérents à une ville ouverte sur le monde.
Samuel Yung-Hing : Jeune photographe martiniquais, il évolue à la croisée de la tradition et d’une société contemporaine en mouvement perpétuel. Il confronte ainsi les madras martiniquais et les danses traditionnelles créoles à l’architecture, parfois brutale des grands ensembles et à la linéarité froide d’une ligne de tramway.
Constant Forme Becherat : Jeune photograophe auteur des quarante portraits des membres du Conseil de la Diversité qui sont exposés place Pey-Berland.