Un chemin sur la berge d’un fleuve. Ils sont nombreux à l’emprunter chaque jour : Une jeune femme y promène son chien, un couple de lycéens s’y cache pour sécher les cours, un clochard y a élu domicile, un jeune boulanger s’y rend pour méditer. Mais ce matin-là au bord de l’eau, une femme chaussée d’escarpins rouges est allongée. Morte. T ous passeront devant elle, tous la verront, aucun n’interviendra. Personne n’appellera la police, personne ne dira rien. Ils ont tous d’excellentes raisons de l’ignorer et chacun se convainc qu’un autre s’en occupera. Mais il est bien difficile de vivre avec les petites compromissions de sa conscience, avec son égoïsme. Pour chacun d’eux, la confrontation avec la belle morte causera un séisme intime et leurs vies en seront radicalement changées.

Quelques mots du Passeur

Et vous que feriez-vous si en vous promenant dans un parc vous tombiez sur le cadavre d’une femme ?
Un court roman intelligent et captivant !